C'est tout chaud ...

Loading...

mercredi 7 octobre 2009

Immobilier à Londres





Extraits d’article des Echos.fr

Outre Manche, la crise de l'immobilier résidentiel est sévère. A Londres, le marché résidentiel a atteint son plus haut au cours de l'été 2007. Puis de septembre 2007 à septembre 2009, les prix ont baissé entre 25% et 35%, selon les quartiers. Cette glissade des valeurs a même commencé en juillet 2007, soit plus d'un an avant Paris. La chute du nombre de transactions a été vertigineuse : 80% de baisse entre septembre 2007 et septembre 2008 et, 50% des baisse entre septembre 2008 et septembre 2009. " Encore inabordable il y a peu de temps pour la clientèle française, le marché londonien est redevenu très attractif sous l'effet conjugué de la baisse du prix des biens immobiliers et la chute de la livre sterling par rapport à l'euro, défend Thibault de Saint Vincent, président de Barnes. L'euro a renforcé la force de frappe financière des européens en Angleterre ".
Dans les quartiers plus prisés, le cap des 10.000 euros le mètre carré est largement franchi pour s'offrir un appartement confortable. Comptez environ 12.000 euros le mètre carré à Chelsea et 15.000 euros le mètre carré à Knightsbridge .
Alors qu'en France, l'acquéreur est à la fois propriétaire d'un bien immobilier et de son terrain, le système diffère à Londres. Et pour cause, les terrains appartiennent surtout à la famille royale. Résultat : l'acquéreur n'est propriétaire que des murs. Concernant le terrain, la plupart des propriétés sont en " lease hold ", c'est-à-dire vendues dans le cadre d'un bail emphytéotique avec des durées généralement comprises entre 50 ans et 99 ans.
Réaliser un investissement locatif
Les Américains considèrent la Grande Bretagne comme une porte d'entrée en Europe pour des raisons linguistiques évidentes. De leur coté, les Européens ont tendance à considérer Londres comme le " New York de l'Europe ", à cause de son melting-pot de cultures. " Acheter un appartement à Londres à but d'investissement est une valeur sûre ", affirment les agents immobiliers locaux.
En dépit de la crise financière, la clientèle Française reste présente le long de la Tamise, qu'il s'agisse de résidents londoniens ou d'investisseurs Français. Soucieux de diversifier leurs avoirs géographiquement et de saisir les opportunités du marché, ces derniers ont franchi " le Chanel " depuis un an environ. Ils sont encore plus tentés de le faire lorsqu'ils ont des enfants majeurs qui étudient ou travaillent à Londres. Un achat là-bas leur permet de loger leur descendant, quitte à donner le bien en location ultérieurement.
En achetant au plus bas du marché londonien avec un euro faible, ils limitent les risques pour cet investissement de long terme. " Comme le montant des loyers a moins baissé que les prix de vente, la rentabilité des investissements immobiliers de qualité s'est donc améliorée à Londres depuis deux ans, poursuit Thibault de Saint Vincent. Les investisseurs peuvent acquérir un bien de qualité dans le centre de Londres 30% moins cher qu'il y a deux ans et le louer 20% en dessous des prix pratiqués il y a deux ans ". Résultat : avant impôt, le bien locatif dégage une rentabilité de 5 et 6%, soit deux à trois points de plus qu'à Paris.

Les quartiers qui ont la cote
(…)

Est-ce le bon moment pour acheter ?
Il n'existe pas en la matière de conseil universel mais un conseil adapté à chaque situation, celle de l'acquéreur bien sûr et, dans une moindre mesure, celle du marché immobilier local. Cela étant, le contexte est désormais plus favorable aux acheteurs en termes de taux d'intérêt des emprunts et de marge de négociation des prix. Si vous comptez financer une partie conséquente de votre acquisition avec le produit de la vente d'un bien de valeur équivalente, vous pouvez franchir le pas, à condition de fixer très vite le juste prix et de ne pas surestimer votre bien. Ce travers, fréquent chez les particuliers qui mettent de l'affectif dans leur évaluation, ne pardonne pas dans un marché baissier. Si vous souhaitez, au contraire, acquérir votre résidence principale en réalisant une épargne financière ou en empruntant, je vous invite à ne pas vous précipiter et à réévaluer l'opportunité d'acheter dans un an environ. Les taux d'intérêt des prêts immobiliers auront alors peut-être légèrement progressé, mais votre solvabilité se sera néanmoins améliorée du fait du recul supplémentaire des prix au m2.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Expatriation en vidéo

Loading...

News du Monde

Loading...

News Fiscales

Loading...

Qui sont nos visiteurs ce mois-ci ?

Notre blog débute le 14/07/09. Nous suivrons chaque mois les lieux de connexions de nos internautes.

Communauté d'entraide French-Expat