Expatrié(e)...

mercredi 20 mars 2019

L’exit tax aménagée par la loi de finances 2019




En 2011, l’exit tax a été créée dans le but de lutter contre les transferts de domicile fiscal hors de France dans un but principalement fiscal. Ce mécanisme d’imposition, des personnes physiques qui transfèrent leur domicile fiscal hors de France, prévoit une taxation immédiate à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux des plus-values latentes, des créances trouvant leur origine dans une clause de complément de prix, et des plus-values en report d’imposition. Cependant, le contribuable peut bénéficier d’un dégrèvement et un sursis de paiement est prévu dans certaines situations.
La Loi de finances pour 2019 vient neutraliser la majeure partie des effets de l’exit tax en allégeant significativement le délai de dégrèvement et en assouplissant les conditions permettant de bénéficier du sursis de paiement.

Le délai de dégrèvement est réduit à deux ans pour les contribuables dont la valeur globale des titres excède 2.57 millions d’euros à la date du transfert.

Selon la date du transfert, voici les différents délais pouvant être appliqués à ce jour :

Date du transfert
2011 à 2013
2014 à 2018
A partir de 2019
Délai de dégrèvement
8 ans
15 ans
2 ou 5 ans (si > 2.57M d’€)

Avant la Loi de finances, le sursis de paiement était accordé automatiquement sans constitution de garantie lorsque le contribuable s’installait dans un Etat membre de l’Espace Economique Européen. S’il s’installait hors de l’EEE, le sursis pouvait être accordé seulement sur demande expresse lors du transfert du domicile fiscal et souvent, à condition de constituer des garanties propres à assurer le recouvrement de la créance du Trésor.     

Aujourd’hui, le sursis de paiement automatique est désormais accordé quand le contribuable transfère non seulement son domicile dans un Etat membre de l’Union Européenne mais également dans tout autre Etat ou territoire ayant conclu avec la France une convention d’assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l’évasion fiscale ainsi qu’une convention d’assistance mutuelle en terme de recouvrement. Le transfert vers un autre Etat ou territoire reste soumis à la demande expresse.

Par ailleurs, en matière d’obligations déclaratives, nous observons également un allègement : seules les créances de complément de prix et les plus-values en report d’impositions sont à mentionner sur la déclaration annuelle de suivi des impositions en sursis de paiement. Les plus-values latentes en sursis de paiement ne doivent plus être déclarées chaque année.             
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

Nos réponses fiscales (déjà) en ligne ...

Expatriation, retour en France ...

Peut-on bénéficier de l'exonération de la 1ère d'un logement pour acquérir une résidence principale au Portugal ? cliquez ici >>

Je pars en expatriation comment sera taxé précisément mon contrat d'assurance vie en France ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en tant que mandataire social d'une société basée en France si je suis à l'étranger ? cliquez ici >>

Vous souhaitez savoir si en tant que non résident, vous pouvez souscrire un Plan d’Epargne Logement en France ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en cas départ de France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en cas de retour en France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? cliquez ici >>

Suis-je taxé en UK même en cas de « remittance basis » sur un rachat de mon contrat d'assurance vie français ? cliquez ici >>

Je suis parti à l’étranger et j’ai un contrat d’assurance vie en France. Comment cela va être taxé en France (rachat, décès) ? cliquez ici >>

Je vais partir à l’étranger ! Mes contrats d’assurance vie et ma SCP (société civile de portefeuille), sont-ils concernés par l’Exit tax ? cliquez ici >>

Peut on échapper à l'impôt sur la plus value immobilière en cas de cession en tant que non résident ? cliquez ici >>

Peut-on bénéficier de l'exonération de la 1ère d'un logement pour acquérir une résidence principale dans l'UE ? cliquez ici >>

Accédez à l'ensemble de nos réponse pour 12.30 € >>