Expatrié(e)...

vendredi 14 novembre 2014

Expatriation ou détachement ? Quelles différences ?

Vous partez travailler à l'étranger comme salarié détaché ou expatrié ?
Il y a souvent confusion entre les termes expatriés et détachés. Ceci d'autant plus fort sur le terrain fiscal. Il est courant d'entendre « je suis détaché mais heureusement, je continue à payer mes impôts en France ! ».
Cette différence entre l'expatriation et le détachement n'est qu'une différence sociale et non fiscale sauf si certaines conditions sont remplies (conditions quant à l'employeur, aux missions réalisées, ...).
Vous pouvez être détaché et ne payez vos impôts qu'à l'étranger car l'important, c'est votre lieu de résidence fiscale (qui dépend des conventions fiscales entre chaque pays).
Ainsi, selon votre statut, votre protection sociale ne sera pas la même. Les conventions bilatérales de sécurité sociale vous aideront à connaître vos droits.
Il est enfin fortement conseillé, de faire un bilan patrimonial expatriation afin de déterminer tous les impacts fiscaux et sociaux, les risques éventuels et les conséquences sur votre patrimoine pour les optimiser.
 

Travailleurs expatriés

 
Le travailleur expatrié est celui qui :
 dont la mission excède la durée prévue par les conventions sociales bilatérales ;
 qui est employé par une entreprise étrangère ;
 dont l'employeur préfère le statut expatrié à celui de détaché.
Ce travailleur est donc rattaché à la protection sociale et à l'assurance vieillesse du pays étranger. Cependant, il peut tout de même adhérer volontairement à l'assurance volontaire vieillesse du régime de la Sécurité sociale française (auprès du CFE, cf. ci-après).

"Expatrié" dans l'Union Européenne
Il faut rechercher les affiliations aux régimes de retraite européens. Le pays calcule alors le montant de la pension à verser en fonction de son propre régime et ce, au prorata de la durée de cotisation.
"Expatrié" en dehors de l'Union Européenne
Il faut vérifier s'il n'existe pas une convention de Sécurité sociale entre la France et le pays d'expatriation de l'assuré, le contenu de ces conventions est très variable.
 

Travailleurs détachés 

 
Le travailleur détaché est celui qui :
 est salarié d'une entreprise dont le siège social se trouve en France ;
 part travailler à l'étranger pour une durée limitée, et dont l'affectation est de 36 mois renouvelable une fois (avec des exceptions cependant);
 reste affilié au régime français de Sécurité sociale.

Ce travailleur bénéficie donc des pensions prévues par la loi française.
Depuis le 25 juillet 2001, la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 offre aux salariés détachés dans l'Union européenne la possibilité de rester soumis aux régimes complémentaires de retraite, d'invalidité et de décès de leur entreprise.


Et fiscalement alors … 

Et bien tout va dépendre de vos critères de résidence fiscale. Ainsi, si effectivement vous répondez malgré votre statut de détaché ou expatrié aux critères conventionnels à l'étranger, vous serez considéré comme non résident fiscal français.
Ainsi, si vous exercez votre activité professionnelle sur votre territoire de résidence (donc à l'étranger), l'impôt sur vos traitements et salaires y sera dû.
Vous ne serez redevable en France que de l'impôt sur vos éventuels revenus de vos biens immobiliers (revenus locatifs), sur certaines pensions ou rémunérations de source française, ou encore sur la valeur de vos biens (ISF par exemple ou droit de succession). 
 

La retraite

 
Retraite de base : Caisse des Français de l'étranger (CFE) 

La Caisse des Français de l'Etranger (CFE) permet au travailleur expatrié ou détaché de maintenir son niveau de protection sociale via une adhésion volontaire.

Depuis le 1er mars 2011, la CFE devient l'interlocuteur unique en matière d'assurance volontaire vieillesse pour les français qui vivent à l'étranger. Seuls les anciens assurés obligatoires au régime général sans activité à l'étranger et non chargés de famille doivent s'affilier auprès de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM). Les personnes qui cessent d'être affiliées obligatoirement à un régime obligatoire d'assurance vieillesse, doivent désormais, si elles partent à l'étranger, présenter à compter du 1er mars 2011 leur demande d'adhésion à l'assurance volontaire vieillesse à la CFE et non plus à la CPAM de leur dernière résidence.

L'adhésion est ouverte :
  • aux personnes ayant été affiliées pendant au moins 5 ans à un régime français obligatoire d'assurance maladie (la condition de nationalité française a été supprimée par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2010) ;
  • aux ressortissants d'un Etat membre de la Communauté Economique Européenne (y compris la Suisse), à condition de justifier d'au moins 10 ans de résidence ou de salariat en France ;
  • au collaborateur étranger et salarié régulier et permanent d'une entreprise, appelé à exercer son activité professionnelle autre que dans un pays dont il est ressortissant ; 
Il faut être précédemment affilié à un régime français de sécurité sociale, exercer une activité salariée à l'étranger ou dans les TOM et résider à l'étranger.

L'adhésion se demande dans les 10 ans qui suivent le premier jour de l'exercice de l'activité salariée à l'étranger.

Les cotisations sont calculées à compter du salaire brut résultant de l'activité à l'étranger.


Contact

Caisse des Français de l'Etranger : CFE
BP.100 - 77950 Rubelles
Tel : 01 64 71 70 00 

Retraites complémentaires : CRE et IRCAFEX

Le salarié détaché ou expatrié peut cotiser pour sa retraite complémentaire, soit auprès de ses caisses habituelles, soit auprès de :
  • la Caisse de Retraite des Expatriés (CRE), pour les employés ;
  • l'Institution de Retraite des Cadres et Assimilés de France et de l'Extérieur (IRCAFEX), pour les cadres.
Contact

CRE-IRCAFEX
Groupe Taitbout
Délégation Internationale
4, rue du Colonel-Driant
75040 Paris Cedex 01
Tel : 01 44 89 43 41 
Les adresses utiles :
Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale : www.cleiss.fr
Caisse des Français à l'étranger : www.cfe.fr.
CNAV : service d'information des Française à l'étranger : www.cnav.fr
ARRCO : service des résidents hors de France : 01.40.13.73.00

Nos réponses fiscales (déjà) en ligne ...

Expatriation, retour en France ...

Peut-on bénéficier de l'exonération de la 1ère d'un logement pour acquérir une résidence principale au Portugal ? cliquez ici >>

Je pars en expatriation comment sera taxé précisément mon contrat d'assurance vie en France ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en tant que mandataire social d'une société basée en France si je suis à l'étranger ? cliquez ici >>

Vous souhaitez savoir si en tant que non résident, vous pouvez souscrire un Plan d’Epargne Logement en France ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en cas départ de France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en cas de retour en France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? cliquez ici >>

Suis-je taxé en UK même en cas de « remittance basis » sur un rachat de mon contrat d'assurance vie français ? cliquez ici >>

Je suis parti à l’étranger et j’ai un contrat d’assurance vie en France. Comment cela va être taxé en France (rachat, décès) ? cliquez ici >>

Je vais partir à l’étranger ! Mes contrats d’assurance vie et ma SCP (société civile de portefeuille), sont-ils concernés par l’Exit tax ? cliquez ici >>

Peut on échapper à l'impôt sur la plus value immobilière en cas de cession en tant que non résident ? cliquez ici >>

Peut-on bénéficier de l'exonération de la 1ère d'un logement pour acquérir une résidence principale dans l'UE ? cliquez ici >>

Accédez à l'ensemble de nos réponse pour 5 € >>