Expatrié(e)...

mardi 31 janvier 2012

Expatrié, pourquoi ne pas investir dans le vin ?

La finance se trouve au centre des intérêts économiques internationaux. Plus que jamais la bourse fait figure d’incertitude et sa lecture en est devenue difficile. Dans ce contexte controversé, l’investissement dans le vin présente un intérêt majeur.

Nombreux sont les nouveaux investisseurs qui viennent de vendre un appartement, recevoir un héritage ou encore retirer les liquidités de leur portefeuille d’actions et qui se demandent où placer maintenant leur argent ? L’immobilier reste un placement largement plébiscité mais le contexte cette fois politique est particulièrement incertain : La fin de la loi Scellier, les élections qui se rapprochent à grand pas gèlent les transactions. Il est alors délicat de s’engager à l’aveuglette dans un placement qui n’offre que très peu de liberté, notamment dans la disponibilité des liquidités.

Investir dans le vin se trouve être une alternative pertinenteUn Pavillon du Château Margaux 2005 acheté en primeurs à 66€ est aujourd’hui estimé à environ 140€. C’est un exemple parmi tant d’autres. Les Grands Crus Classés constituent la grande majorité des transactions dans le monde financier du vin. Ils ont en effet tous les attributs nécessaires pour susciter le vif intérêt des investisseurs. Véritables produits de luxe, ils sont produits en quantités limitées, et font l’objet d’une forte demande, notamment dans les pays émergents tel que la Chine, l'Inde, la Russie et le Brésil.
Il est bon de noter que les 5 Premiers Grands Crus du classement officiel des vins de Bordeaux de 1855 : la référence établie, représente chaque année environ 80 000 caisses de 12 bouteilles, et pas une de plus ! Sur un marché mondial annoncé à 34,1 milliards de bouteilles selon la dernière étude de Vinexpo et l’IWSR, le ratio offre/demande est assez rapidement effectué. Rien que la Chine, d’après cette même étude aurait consommé pas moins d’ 1,9 Milliards de bouteilles en 2011.


Quels conseils pour investir dans le vin ?

Les publications au sujet de l’investissement dans le vin se multiplient. Certains vous diront que ce marché n’est ouvert qu’aux érudits ayant une expertise pointue du secteur du vin, d’autres vous diront qu’il faut absolument investir plus de 20 000€ pour être en mesure d’attendre une plus-value digne de ce nom et d’autres enfin jugeront enfin qu’il faut attendre un minimum de 10 ans avant de revendre ses vins !

Voici alors quelques conseils avisés qui vous permettront d’appréhender ce nouvel investissement avec les bonnes questions et vous faire ainsi votre propre opinion.
- Définissez le montant que vous souhaitez investir
- Posez-vous la question : suis-je un expert ou ai-je besoin de conseil pour choisir les vins à potentiel ?
- Quel est la performance attendue de mon investissement ?
- Suis-je à la recherche d’un rendement à court ou long terme ?

Vous serez alors en mesure de choisir une solution adaptée pour investir dans le vin dans les meilleures conditions.


Quelles solutions pour investir dans le vin ?

D’abord l’idée est de se constituer un portefeuille équilibré entre plusieurs millésimes, et de ne surtout pas négliger les meilleurs millésimes. Il sera préférable de choisir des vins dont les notes Parker sont supérieures à 90. Pour le particulier, l’idéal est d’acheter ses vins en primeur. Le système des primeurs permet de sécuriser son approvisionnement à des prix raisonnables. Il convient ensuite d’organiser la conservation du vin dans des conditions de sécurité et de garde optimales.

La solution de garde de vin mutualisée comme proposée par Cavissima, moyennant des frais de stockage réduits, permet d’affranchir l’expatrié de tous les problèmes logistiques. Dès leur mise en bouteille, les vins sont adressés dans une cave sécurisée et assurée, offrant des conditions idéales pour un lent vieillissement des Grands Crus.

Il faudra alors apprendre à patienter et organiser la revente des vins. Le dispositif mis en place par Cavissima pour la constitution et la gestion de cave en ligne offre également une plateforme pour la revente. Sinon, les salles de ventes aux enchères constituent une solution alternative pour revendre ses bouteilles en caisse bois d’origine de 12 ou (de plus en plus) 6 bouteilles, même si la commission facturée n’est pas forcément la plus intéressante pour le client.

Nos réponses fiscales (déjà) en ligne ...

Expatriation, retour en France ...

Peut-on bénéficier de l'exonération de la 1ère d'un logement pour acquérir une résidence principale au Portugal ? cliquez ici >>

Je pars en expatriation comment sera taxé précisément mon contrat d'assurance vie en France ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en tant que mandataire social d'une société basée en France si je suis à l'étranger ? cliquez ici >>

Vous souhaitez savoir si en tant que non résident, vous pouvez souscrire un Plan d’Epargne Logement en France ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en cas départ de France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en cas de retour en France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? cliquez ici >>

Suis-je taxé en UK même en cas de « remittance basis » sur un rachat de mon contrat d'assurance vie français ? cliquez ici >>

Je suis parti à l’étranger et j’ai un contrat d’assurance vie en France. Comment cela va être taxé en France (rachat, décès) ? cliquez ici >>

Je vais partir à l’étranger ! Mes contrats d’assurance vie et ma SCP (société civile de portefeuille), sont-ils concernés par l’Exit tax ? cliquez ici >>

Peut on échapper à l'impôt sur la plus value immobilière en cas de cession en tant que non résident ? cliquez ici >>

Peut-on bénéficier de l'exonération de la 1ère d'un logement pour acquérir une résidence principale dans l'UE ? cliquez ici >>

Accédez à l'ensemble de nos réponse pour 5 € >>


D'où viennent nos derniers visiteurs ?