Expatrié(e)...

mardi 30 août 2011

Expatrié, attention à la notion de résidence fiscale

Aux termes de l'article 4 B, 1 du Code Général des Impôts, sont considérées comme ayant leur domicile fiscal en France (entendu au sens de la France métropolitaine et des DOM), qu'elles soient de nationalité française ou étrangère :



  • les personnes qui ont en France leur foyer ou le lieu de leur séjour principal ;

  • celles qui exercent en France une activité professionnelle, salariée ou non, à moins qu'elles ne justifient que cette activité y est exercée à titre accessoire ;

  • celles qui ont en France le centre de leurs intérêts économiques.



Pour qu'un contribuable soit domicilié en France, il suffit que l'un des critères soit rempli.




Zoom sur la notion de Foyer :

Pour l'application des dispositions de l'article 4 B, 1° -a du Code Général des Impôts, le foyer s'entend du lieu où le contribuable habite normalement et a le centre de ses intérêts familiaux, sans qu'il soit tenu compte des séjours
effectués temporairement ailleurs en raison des nécessités de la profession ou de circonstances exceptionnelles. Le lieu de séjour principal du contribuable ne peut déterminer son domicile fiscal que dans l'hypothèse où celui-ci ne dispose
pas de foyer.

Ainsi il a été jugé par le conseil d'état (CE 3 novembre 1995 n° 126513 sect., Larcher) , un contribuable qui réside habituellement à Nouméa où il s'est établi avec son épouse doit être regardé comme ayant conservé son foyer en
Nouvelle-Calédonie, nonobstant la durée des séjours effectués en France métropolitaine en raison de la maladie de sa belle-mère. La circonstance que le ménage ait eu le lieu de son séjour principal en France métropolitaine au cours des
années considérées est sans incidence sur la détermination de son domicile fiscal.

De même, un contribuable qui séjournait pendant les dernières années de sa vie plus fréquemment à l'étranger qu'en France doit néanmoins être regardé comme ayant eu son domicile fiscal en France, dès lors que sa résidence dans ce pays était le point d'attache du couple et de la famille. C'est ce qui en ressort d'un arrêt de la Cour de Cassation du 15 octobre 1996.


En cas de conflict de résidence fiscale, il faudra faire appel aux conventions fiscales pour départager !

Nos réponses fiscales (déjà) en ligne ...

Expatriation, retour en France ...

Peut-on bénéficier de l'exonération de la 1ère d'un logement pour acquérir une résidence principale au Portugal ? cliquez ici >>

Je pars en expatriation comment sera taxé précisément mon contrat d'assurance vie en France ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en tant que mandataire social d'une société basée en France si je suis à l'étranger ? cliquez ici >>

Vous souhaitez savoir si en tant que non résident, vous pouvez souscrire un Plan d’Epargne Logement en France ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en cas départ de France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? cliquez ici >>

Comment suis-je taxé en cas de retour en France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? cliquez ici >>

Suis-je taxé en UK même en cas de « remittance basis » sur un rachat de mon contrat d'assurance vie français ? cliquez ici >>

Je suis parti à l’étranger et j’ai un contrat d’assurance vie en France. Comment cela va être taxé en France (rachat, décès) ? cliquez ici >>

Je vais partir à l’étranger ! Mes contrats d’assurance vie et ma SCP (société civile de portefeuille), sont-ils concernés par l’Exit tax ? cliquez ici >>

Peut on échapper à l'impôt sur la plus value immobilière en cas de cession en tant que non résident ? cliquez ici >>

Peut-on bénéficier de l'exonération de la 1ère d'un logement pour acquérir une résidence principale dans l'UE ? cliquez ici >>

Accédez à l'ensemble de nos réponse pour 5 € >>